Jules Leclercq : un séjour dans l’île de Ceylan

Un séjour dans l’île de Ceylan

”En publiant ce nouveau fragment de mes excursions aux Indes, je souhaite qu’il trouve auprès du public le même accueil que le précédent, et j’ai le vif désir de justifier les flatteuses distinctions que m’ont décernées l’Académie française et la Société de géographie commerciale de Paris à l’occasion du voyage dont ce livre contient un des plus agréables épisodes. Je me permets d’attirer spécialement l’attention du lecteur sur les ruines d’Anuradhapura, la ville morte de Ceylan. Sauf de trop courtes pages de MM. de Groote, Bellessort et Bruyas, je ne connais aucune relation écrite en français sur ces monuments, que même fort peu d’Anglais ont visités à cause de l’éloignement et de l’insalubrité de la contrée où ils sont situés. Je voudrais contribuer à les faire connaître, car ils sont au nombre des merveilles du monde.“

Autres récits de Jules Leclercq :


Ce que raconte ce livre :

I – Colombo
II – Mount Lavinia
III – Pointe-de-Galle
IV – Un chemin de fer de montagne
V – Kandy
VI – Galagedera
VII – Un jardin botanique tropical
VIII – Matalé
IX – Nurelliya
X – Le Pedrotallagalla
XI – Une ville morte
XII – À travers la jungle
XIII – Anuradhapura
XIV – Les dagobas
XV – Le Ruanweli
XVI – À travers les ruines
XVII – L’arbre de vingt-deux siècles
XVIII – Anuradhapura autrefois
XIX – Les temples souterrains de Dambulla
XX – Anuradhapura sous les rois cinghalais
XXI – Ceylan sous l’administration coloniale de l’Angleterre
Notes
Table des illustrations