Le Café-chantant

Le Café-chantant

Le Café-chantant est suivi de deux autres contes arabes.  Une chanteuse émeut les nuits de Blidah sur fond de querelle entre caïds ; une danseuse est condamnée par son mari jaloux ; une paysanne pauvre se meurt d’amour pour le fils du bey qui en épouse une autre : trois brefs récits où Elissa Rhaïs, l’une des rares femmes parmi les écrivains orientalistes de la fin du 19e siècle, peint un Maghreb de fantaisie, empruntant à l’imaginaire autant qu’au quotidien…

Autres récits d’Elissa Rhaïs :